Le centre d’expertise français dédié à la sûreté maritime, à compétence mondiale.

Un centre d'expertise

Le Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA Center) est le centre français d’analyse et d’évaluation de la situation sécuritaire maritime mondiale.

Une veille permanente

7 jours/7, 24 heures/24, le MICA Center recense, analyse et alerte sur les événements affectant la sûreté maritime mondiale grâce au travail collaboratif de sa trentaine d'experts issus de la Marine nationale et des marines des pays partenaires.

Une vocation mondiale

Par ses échanges avec les nombreux centres maritimes ou agences répartis dans le monde entier, le MICA Center entretient des liens étroits et suivis avec la communauté maritime mondiale.

Actualités

Jeudi 07 janvier 2021 : Parution de la deuxième édition du bilan annuel du MICA Center sur la piraterie et le brigandage maritimes dans le monde

Pour la deuxième année consécutive, le Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA Center) publie un bilan annuel des actes de piraterie et de brigandage maritimes. Ce bilan recense et caractérise les faits relevés au cours de l’année 2020 qui affectent la sûreté maritime dans le monde.

Le nombre total d’événements liés à la piraterie et au brigandage maritimes reste stable depuis cinq ans. Avec 375 événements reportés dans le monde, il reste près de deux fois inférieur aux sommets atteints en 2011, au plus fort des attaques au large de la Somalie. Pour l’année 2020, le MICA Center constate une légère hausse du nombre d’attaques relevées dans le golfe de Guinée mais sans augmentation du nombre de personnes enlevées. Il confirme le maintien à un niveau faible de la piraterie au large de la Corne de l’Afrique et la recrudescence du brigandage dans l’arc des Caraïbes et en Asie du Sud-est (augmentation des vols).

Read More

Golfe de Guinée : un mois de novembre marqué par une large augmentation des actes de piraterie et brigandage

Conformément aux appels à la vigilance émis à l’approche de la saison sèche[1], la recrudescence d’actes de piraterie et de brigandage observée au mois de novembre confirme la tendance de ces dernières années. En effet, 18 incidents ont été reportés dans le Golfe de Guinée sur la période, soit 7 de plus que le mois précédent. Cette hausse est principalement due à un nombre croissant d’attaques et d’abordages de navires.

Ces derniers évènements se sont déroulés essentiellement dans la JWLA[2], jusqu’à 170 nautiques au large. Ils ont touché pour la plupart des pétroliers et des navires de pêche, cependant tous les types de navires restent concernés et sont invités à appliquer les mesures du Best Management Practice West Africa.

Le nombre total de membres d’équipages kidnappés en mer s’alourdit à 36 sur le seul mois de novembre. Les derniers incidents montrent qu’un ralliement rapide de la citadelle par l’équipage permet de se prémunir des enlèvements.

Read More

11 novembre 2020 : Annick Girardin, ministre de la Mer rend visite au MICA Center.

 

Le 11 novembre dernier, le vice-amiral d’escadre Olivier Lebas a accueilli au sein de la préfecture maritime madame Annick Girardin, ministre de la mer.

Ce passage de la ministre à Brest lui a permis de visiter le MICA Center.  Les missions et le fonctionnement du centre lui ont été présentés durant la matinée.

Les relations entre l’industrie maritime et la Marine nationale, par le biais de la Coopération Navale Volontaire (CNV) lui ont été décrites dans un premier temps.

La coopération internationale, avec pour exemples la mission de lutte contre la piraterie de l’Union Européenne « ATALANTA » et la coopération bilatérale franco-britannique dévolue au golfe de Guinée, lui a ensuite été présentée.

Read More

Coopération européenne dans le golfe de Guinée

Le 22 octobre 2020 à 07h58Z, le pétrolier ERRINA émet une alerte SSAS alors qu’il navigue dans les eaux internationales du golfe de Guinée. L’équipage se réfugie en citadelle. Dès lors toutes les tentatives de prise de contact avec le navire échouent. La frégate multi-missions italienne NAVE FEDERICO MARTINENGO arrive sur la position transmise par le MDAT-GoG dans l’après-midi et investigue la zone avec son hélicoptère sans parvenir à relocaliser le navire.

Dans la soirée, l’armateur informe le MDAT-GoG de la dernière position qu’il a reçue de son navire avant l’émission du signal de détresse. Les moyens de recherche sont alors orientés vers cette position. Le 23 octobre à 08h00Z, l’hélicoptère de la frégate italienne parvient à établir une communication VHF avec le pétrolier : le capitaine rend compte avoir été abordé par un groupe de 6 pirates mais tous les membres d’équipage sont sains et saufs. Le bâtiment a ensuite été escorté par un navire armé par une équipe de sécurité de la marine nigériane.